Aller au contenu

Mon dressing et moi, les meilleurs conseils de Charlotte Moreau

Charlotte Moreau aka @Balibulle secrets dressing jaiio

Mon dressing et moi, les meilleurs conseils de Balibulle

La vie est faite de belles rencontres, de personnes inspirantes, qu’on admire et qui nous font voir la vie autrement. Quand ces personnes sont prêtes à répondre à vos questions et à vous livrer plein de conseils, cela donne …

LES BELLES RENCONTRES de jaiio

Et pour ce lancement, nous sommes ultra fières d’avoir avec nous … Une auteure et journaliste pendant 15 ans pour Le Parisien. Blogueuse à succès, elle a consacré son dernier livre, Le Dressing Code, à notre dressing. Charlotte Moreau, alias Balibulle répond à nos questions et nous livre tous ses conseils (très avisés) pour que votre dressing vous ressemble ! Comment trier son dressing ? Quels sont les indispensables d’une garde-robe ? Qu’est-ce qu’un dressing idéal ? …

Parle-nous un peu de toi ?

“Je suis Charlotte Moreau. Je suis l’auteure de la méthode de gestion de garde-robe, Le Dressing Code, paru en septembre 2019. C’est une prolongation de mon blog Balibulle que je tiens depuis 2006. Mon premier livre était L’Antiguide de la mode. Le prochain aura une approche plus documentaire, ce sera un beau livre qui n’aura rien à voir avec les vêtements. J’habite en région parisienne avec mon compagnon, nos deux filles et notre Carla. J’ai une formation de journaliste, j’ai été reporter pendant pratiquement quinze ans pour Le Parisien”.

À quel moment es-tu tombée dans la marmite de la mode ? 

“Je me suis intéressée à la mode assez tardivement car je suis banlieusarde et parce que j’étais très « garçon manqué » durant toute mon adolescence et au lycée. Il y a eu un premier choc esthétique lorsque j’ai commencé mes études au CELSA puis à Assas, à Paris. C’est là que j’ai découvert les parisiennes et notamment les étudiantes du 6ème arrondissement. Ça m’a fasciné et l’étincelle est venu de là. Il y a ensuite eu un deuxième cap, la création de mon blog mode. J’avais déjà 25/26 ans, j’étais en poste dans une rédaction. J’avais donc infusé toutes ces influences esthétiques : Paris, la lecture de Elle (auparavant, je lisais 20 ans). Ça s’est fait assez progressivement, assez tard et le blog est finalement venu répondre à une forme d’isolement puisque j’avais quasiment personne dans mon cercle d’amis avec qui je pouvais parler de mode, de ce qui me faisait envie dans les magazines ou en regardant les filles dans la rue.

Je crois que c’est vraiment important dans la construction de mon rapport aux vêtements le fait que ça ait commencé non pas en m’intéressant à mes propres vêtements mais à ce qu’il y avait dans les magazines et à ce que portaient les autres filles. Ça m’a mené à faire une sorte d’exploration d’un peu tout mon environnement avant de vraiment me poser des questions sur moi-même et ce dont
moi j’avais envie. J’ai mis le temps mais j’y suis arrivé à presque 40 ans”.

 

Le Dressing Code, c’est quoi ?

“Le Dressing Code, je voulais que ce soit un livre de conseils pratiques mais pas de conseils en style parce qu’il y en a déjà beaucoup qui sont très bien. Mais aussi parce que ce dont moi j’aurais eu besoin quand j’ai commencé à ressentir ce trop plein de vêtements dans ma vie, dans mon placard, dans ma tête ; ce sont des conseils non pas esthétiques mais pratiques pour réussir à faire coïncider ma vie et mon placard. Je n’en ai pas trouvé pendant plusieurs années. Je partageais donc ce cheminement intérieur sur mon blog et puis j’ai pu en tirer quelques outils et enfin former une méthode à l’origine de ce livre. J’invite chaque lecteur, chaque lectrice à s’interroger sur sa relation émotionnelle avec les vêtements, à comprendre comment ils ou elles achètent, pourquoi il ou elle a du mal à trier, à déterminer si vous avez une relation plus affective ou plus pragmatique avec les vêtements. Il y a tout un tas d’outils d’introspection qui vous canalisent vers ce qui fait votre quotidien. C’est en partant de là que vous allez réussir à comprendre ce que vous devez trouver le matin en ouvrant la porte de votre penderie. Cela n’a souvent absolument rien à voir avec nos inspirations, nos influences mais plutôt avec notre vie, le soin, la qualité qu’on a envie d’apporter à la manière dont on s’habille au quotidien”.

 

La garde-robe parfaite ?

“La garde robe parfaite, pour moi, n’est pas une garde-robe dans laquelle rien ne manque mais plutôt dans laquelle il n’y a rien en trop parce que je crois vraiment qu’un dressing est vivant et dynamique, qu’il s’adapte aux changements de vie et qu’il nous accompagne tout au long de notre existence. Pour être efficace, elle doit répondre à nos besoins et à nos mutations et donc fatalement il y manquera toujours quelque chose. Si vous déménagez, si vous changez de job, si vous changez de moyen de transport, si vous avez un jour des enfants, si vous tombez très malade, si vous changez radicalement de silhouette ; voilà autant de mutations profondes qui vont impacter vos vêtements.
La garde-robe parfaite ne peut donc pas être figée à un moment donné, c’est ni quelque chose de figé dans le temps ni quelque chose de complet, au sens où on aurait fait la liste de tout ce dont on a besoin. Il manque toujours des choses dans une garde robe parfaite soit que nous n’avons plus soit que nous n’avons pas encore et c’est bien normal ! En revanche pour s’approcher de l’idée de perfection, il ne faut pas qu’il y ait des vêtements non utilisés ou en trop”.  

 

Les indispensables du dressing ?

“Tout d’abord, un sac effet mains libres : en terme d’ergonomie, c’est vraiment la première case à cocher  ! Ça vous sera toujours utile. Après le format et la contenance, ça dépend de chacun mais ça peut autant être un petit sac rigide en bandoulière qu’une grosse besace un peu molle, elle aussi en bandoulière. Ça peut aussi être une banane, un sac à dos mais l’idée c’est que vous n’ayez pas à porter quelque chose à la saignée du coude comme un it-bag emblématique Hermès ou une pochette en soirée, par exemple.
2ème indispensable : un manteau qui fait tout le job. J’entends par là quelque chose de couvrant et structuré qui donne bonne mine et qui fait tout même si ce que l’on porte en-dessous n’est pas terrible ! Ça sent l’expérience de la mère de famille qui déboule à 8h20 devant les grilles de l’école et qui n’entends pas toujours le réveil sonner… Pour moi, en hiver ce sera un caban en laine avec un très grand col rigide qui apporte tout de suite une forme de netteté que je recherche. Assez long pour s’envelopper dedans. Il faut aussi un équivalent en demi-saison, une veste légère ou un trench, si vous en portez. Mais ça peut aussi être une veste imprimée avec un travail sur les manches. L’idée c’est que ce pardessus se suffise à lui-même en quelque sorte”.

 

2 raisons d’acheter de la seconde main ?

“La seconde main, aujourd’hui, ça peut aussi et souvent vouloir dire neuf avec étiquette ou neuf jamais porté. Heureusement ou malheureusement… Moi, j’ai commencé à acheter sur Ebay il y a plus d’une quinzaine d’années et c’était déjà le cas à ce moment là mais pas autant qu’aujourd’hui. Si vous êtes plutôt amateurs de vêtements neufs et que vous ne recherchez pas forcément un vêtement ayant déjà un vécu, une patine, que le vintage cela ne vous parle pas ; la seconde main peut aussi répondre à certains besoins qu’ils soient économiques ou (et là j’en viens à la deuxième bonne raison d’acheter en seconde main) que ce soit lié à l’afflux de nouveautés, au turn over en boutique qui nous amène parfois à identifier des pièces très prometteuses pour notre garde-robe mais qui sont trop rapidement sold out. Il faut qu’on acquiert tous ce nouveau réflexe de se dire que ce n’est pas foutu, que nous la retrouverons peut-être dans quelques mois ou dans quelques années !
Voilà deux bonnes raisons et pas des moindres de faire des achats en seconde main ! Je me répète encore mais ce n’est pas destiné uniquement aux gens qui en font une affaire de principe et qui n’achètent que comme ça. Il n’y a pas besoin d’être radical pour s’intéresser à la seconde main, ça peut être très ponctuel et chacun y va à son rythme et selon ses besoins”.

 

Tes conseils pour trier sa penderie ?

“C’est important d’identifier les moments propices à une phase de tri parce que c’est quelque chose qui demande beaucoup d’énergie ! Naturellement, au moment des changements de saison ou des rentrées de septembre et janvier, on a cette énergie qui est là mais on a aussi plein d’autres choses à gérer en même temps ! Il ne faut donc déjà pas se mettre la pression et se dire qu’en 3h une après-midi, ça sera réglé. Un bon tri se fait généralement progressivement parce qu’il faut lâcher certains vêtements les uns après les autres et pour certains, ça peut bloquer. Cela dépend vraiment de votre manière de fonctionner et de la relation émotionnelle que vous avez ou pas avec vos vêtements. Il faut s’attendre à le faire en plusieurs fois et toujours garder à l’esprit cette idée que votre garde-robe n’est pas composée de vêtements individuellement mais de tenues, de silhouettes entières. Pour commencer à y voir clair et enlever le superflu, il faut réfléchir par tenue. Vous sortez non pas les vêtements dont vous ne savez pas quoi faire ou sur lesquels vous vous posez des questions mais au contraire, ceux sur lesquels vous n’avez aucun doute, les tenues qui fonctionnent. Il faut les mettre ensemble sur un portant ou sur un meuble et le tri se fera avec ce qui est resté dans le placard et qui ne fait pas partie de vos tenues préférées. Dans le Dressing Code, je recommande de les laisser de côté pendant quelques temps pour voir si vous pouvez vous en passer sans problème. Il faut laisser le temps au temps parce que le tri n’est pas seulement une affaire de détermination, d’énergie ; c’est aussi une affaire d’émotion. Donc ça peut prendre du temps, ne vous mettez pas la pression et faites ça sereinement, en plusieurs fois. Il faut essayer de le faire à chaque début et fin de saison. Vous verrez c’est comme un muscle le tri, une fois que vous avez enclenché cette dynamique, que vous le faites régulièrement, ça va devenir un réflexe”.  

 

Ta devise ?

“C’est peut-être plus un concept que je développe dans le Dressing Code, celui du triangle d’or. C’est l’idée qu’une garde-robe efficace, un vêtement efficace qui répond à vos besoins ; il répond à la fois à des exigences de confort, d’esthétique et à des exigences de cohésion avec votre style de vie. Trop souvent, on a tendance à suréquiper des contextes de notre vie qui sont extrêmement ponctuels ; à avoir une sorte de divergence entre le moi vécu, marqué par la quotidienneté, la routine, la banalité parfois et ce moi vestimentaire rêvé qui est souvent un petit peu plus glamour, avec des pièces un peu statutaires qui au final passent leur temps sur des cintres.
Est-ce que ça ne vaudrait pas le coup, au contraire, de mettre plus de soin et plus de budget à ces vêtements du quotidien qui nous accompagnent pour affronter chaque journée ? Parce que c’est là que tout se joue finalement, c’est pas sur une ou deux soirées ou à un ou deux rendez-vous dans l’année, c’est sur le quotidien !”

 

Et le mot de la fin ?

“On est bien sur une explosion capillaire pour cette fin d’interview. J’ai dû me recoiffer à peu près 8 fois au fil des questions, ça doit se voir.
Merci à Aurélie et Joy pour leurs questions et triez, triez, triez ! Ne laissez pas vos vêtements non utilisés végéter dans vos placards. Ça brouille votre vision de votre style, de vous-même et ça vous fait perdre du temps le matin. Il y a maintenant des plateformes qui prennent les choses en main pour vous, si ça vous saoule de faire des annonces et de parler avec vos acheteurs. jaiio en fait partie. Vous pouvez aussi décider de donner ou simplement de mettre ça dans un coin et de ne plus y penser, de ne plus rien en faire. Il ne faut juste pas que ce soit dans votre penderie parce que c’est là que les problèmes commencent, il faut qu’il y ait de la place, que les choses soient nettes, tous les vêtements qui y sont ne doivent pas vous poser de questions mais être évidents. Et vous retrouverez le plaisir de vous habiller, tous les matins.

Merci beaucoup pour votre attention, encore merci beaucoup les filles pour l’interview et à la prochaine !”

 

À découvrir sans attendre ! 

 

 

Vous avez aimé ces conseils ? 

👉 Vous allez aimer ça aussi !

🧘‍♀️ Et pour vendre sans effort ce que vous ne portez plus, c’est ici !

Étiquettes: